Menu

Comment anticiper une panne de disque dur

Cliquetis suspects, accès difficile à vos fichiers, disparition du lecteur dans l’Explorateur de fichiers de Windows… Autant de signes annonciateurs d’une prochaine panne de votre disque dur. Soyez réactif pour ne perdre aucune donnée.

Prendre soin d’un disque dur pour éloigner tout risque de pannes ne suffit pas. Comme la plupart des éléments composés de multiples pièces mécaniques, il peut connaître des défaillances.

Il est heureusement rare que cela se produise sans signes précurseurs. Dans la majorité des cas, vous disposerez d’un peu de temps pour mettre vos fichiers en sécurité.

disque-dur

Étape 1 : Guettez les Indices avant-coureurs

La meilleure façon d’anticiper la défaillance de votre disque dur consiste à tendre l’oreille. Si vous décelez des cliquetis métalliques ou répétés, vous n’avez plus de beaucoup de temps pour agir.

Ces bruits trahissent des problèmes mécaniques touchant les plateaux ou la tête de lecture. Le disque va vous lâcher sous peu, entraînant à coup sûr la perte des données qui y sont enregistrées.

Certes, elles seront toujours présentes, mais sans qu’il soit possible d’y accéder (à moins de dépenser plusieurs centaines d’euros chez un laboratoire spécialisé dans ce genre de récupération).

Avant d’envisager le pire, regardez si le disque apparaît toujours dans le Bios ou dans le Gestionnaire de disques de Windows.

Si c’est le cas, tout n’est pas perdu. En revanche, s’il n’émet aucun bruit et n’est pas reconnu par Windows, il peut tout simplement s’agir d’un problème de connecteur.

Ouvrez votre ordinateur et vérifiez que les câbles Sata et d’alimentation sont correctement branchés.

Avec les vibrations, les connecteurs ont pu bouger légèrement et le contact se rompre.

La défaillance peut aussi provenir du câble Sata (qui relie le disque à la carte mère) lui-même.

Essayez de le remplacer par un autre (celui qui est utilisé pour le graveur de DVD, par exemple).

Si cette intervention ne résout pas le problème, le circuit électronique (appelé contrôleur), qui gère les accès et le déplacement des têtes de lecture sur les plateaux du disque dur, est sans doute en cause.

Dans ce cas, vous n’avez pas d’autre solution que de recourir aux services d’un professionnel pour le remplacer. Il vous en coûtera entre 50 et 100 euros (une somme conséquente, mais raisonnable s’il s’agit de récupérer des données importantes).

Dernier cas de figure, vous entendez le disque tourner normalement sans pouvoir accéder à vos données. Un utilitaire peut vous aider à identifier l’origine du dysfonctionnement.

Étape 2 : Lancez un diagnostic du disque dur

Réagissez dès l’apparition des premiers symptômes. Rendez-vous sur le site Internet du constructeur de votre disque dur pour y télécharger un utilitaire de diagnostic spécialement conçu pour votre modèle.

Ce type d’outils présente l’avantage de faire apparaître un code d’erreur qui aide à identifier la source de la panne de façon infaillible et à guider les techniciens si vous décidez d’envoyer votre matériel en réparation.

Étape 3 : Essayez de corriger vous-même le problème

TestDisk est un utilitaire consacré au diagnostic et à la récupération de données perdues ou détériorées.

Ce logiciel gratuit permet également de réparer la table des partitions (un fichier indispensable à l’organisation du disque dur) si celle-ci est endommagée.

TestDisk gère la plupart des systèmes de fichiers parmi lesquels FAT12, FAT16, FAT32, NTFS, EXT2/ EXT3, etc.

Rendez-vous sur la page TestDisk pour télécharger l’utilitaire.

Décompressez l’archive ZIP obtenue et exécutez le fichier testdisk_win.exe.

La fenêtre d’invite de commande de Windows apparaît avec la liste des différents disques détectés.

À l’aide des flèches directionnelles du clavier, sélectionnez le volume qui pose problème, puis la commande Process. Appuyez sur la touche Entrée pour lancer l’analyse du disque dur.

Si toutes les partitions s’affichent et que les fichiers sont correctement identifiés, sélectionnez l’option Write pour reconstituer la table des partitions.

TestDisk sait également récupérer le secteur de Boot NTFS (nécessaire au démarrage de Windows).

Étape 4 : Équipez-vous d’un logiciel spécifique pour le sauvetage

Lorsqu’un disque dur rencontre un problème, certaines informations peuvent ne plus apparaître. Il faut alors tenter de les restaurer à l’aide d’un utilitaire spécialisé.

L’un des logiciels les plus efficaces en ce domaine est gratuit : PC Inspector File Recovery.

Téléchargez-le sur le site de son éditeur, puis procédez à l’installation.

Ouvrez ensuite le menu Démarrer, choisissez Tous les Programmes et recherchez la commande PC Inspector File Recovery.

Au premier lancement, un assistant vous invite à sélectionner la langue dans laquelle vous souhaitez utiliser le logiciel.

Cliquez sur French, puis sur le bouton surmonté d’une coche verte pour valider.

Il faut ensuite définir le type d’action à entreprendre.

PC Inspector File Recovery permet non seulement de récupérer les données présentes sur un disque qui affiche des faiblesses, mais également de retrouver des fichiers effacés par erreur.

Pour commencer, il se charge de détecter les volumes de stockage présents sur l’ordinateur. Cliquez sur le disque concerné, puis sur le bouton surmonté d’une coche verte.

Étape 5 : Recherchez des documents perdus ou endommagés

Si vous pensez que des informations et des fichiers sont endommagés, lancez une requête approfondie.

Dans le volet de gauche, cliquez sur l’onglet Rechercher des données perdues symbolisé par une croix rouge.

La fenêtre qui s’affiche sert à délimiter le périmètre de recherche.

Si vous ignorez l’ampleur des dommages, laissez les valeurs par défaut pour les paramètres Premier cluster et Dernier cluster. Ainsi, l’ensemble du disque sera analysé.

La taille de la zone à traiter se présente en bas de l’écran.

Cliquez sur la coche verte pour lancer la requête. Armez-vous de patience : selon la taille de votre disque dur, l’opération peut durer plusieurs dizaines de minutes.

D’ailleurs une jauge indique l’état d’avancement, le temps restant et le nombre de fichiers potentiellement endommagés détectés.

Étape 6 : Mettez les dossiers récupérés en lieu sûr

Une fois l’analyse achevée, prenez connaissance de la liste des documents perdus ou endommagés et détectés sur le disque dans la fenêtre principale.

Sélectionnez-en un que vous souhaitez restaurer, effectuez un clic droit sur son intitulé et choisissez la commande Enregistrer sous.

Par défaut, il sera sauvegardé sur le Bureau de Windows, mais il est préférable d’opter pour un autre chemin d’enregistrement en cliquant sur le bouton symbolisé par un engrenage.

Nous vous conseillons vivement de le copier sur un autre disque. Le fichier, s’il n’est pas trop endommagé, pourra être ouvert et modifié.

Étape 7 : Anticipez pour éviter de perdre tous vos fichiers

L’ensemble des manipulations que nous venons d’évoquer vous aidera à limiter les conséquences d’une panne d’un disque dur.

Toutefois, mieux vaut prévenir que guérir. C’est pourquoi il est conseillé d’effectuer des sauvegardes fréquemment. Si vous n’avez pas le budget pour investir dans un disque USB externe, profitez des plateformes de stockage en ligne pour sécuriser vos fichiers et vos documents importants. Dropbox, OneDrive et Google Drive vous offrent chacun plusieurs gigaoctets d’hébergement gratuit.

Les opérations de sauvegarde peuvent être automatisées en utilisant des services tels que IFTTT .

À défaut d’éviter le crash, vous en minimiserez la portée.