Menu

Prolonger la durée de vie d’un disque dur SSD

Les disques durs SSD se passent de pièces mécaniques, responsables de la plupart des pannes qui affectent les disques durs. Quelques règles s’imposent toutefois pour maintenir leurs performances.

windows10-ssd

Ces disques se sont imposés dans de nombreux ultraportables où ils assurent un démarrage express de Windows et Mac OS et des logiciels. Si un tel périphérique s’installe et s’utilise comme un disque dur classique, sa structure est très différente, ce qui oblige à acquérir de nouvelles habitudes d’entretien.

Ne vous y trompez pas, ce type de disque subit une usure régulière. Les cellules de mémoire flash, en charge du stockage des données, ont une durée de vie limitée, exprimée en nombre de cycles de lecture et d’écriture. Après 1000 à 3 000 opérations, elle « meurt ».

Cela correspond à plusieurs années d’utilisation. Mieux vaut pourtant adopter de bons réflexes pour le faire durer.

Astuce 1 : Réservez le SSD aux fichiers système et aux logiciels

Un principe essentiel consiste à ne pas solliciter le SSD inutilement. Répartissez vos données entre lui et les disques durs classiques.

Réservez le SSD à l’hébergement du système d’exploitation et des logiciels pour profiter d’un temps de démarrage et de vitesse d’exécution sans égal.

Les fichiers volumineux (photos, films…) et les documents peuvent, en revanche, être conservés sur un disque dur sans poser de problème et être supprimés, modifiés ou déplacés sans réduire la durée de vie du SSD.

Astuce 2 : Déplacez les bibliothèques Windows

Windows conserve vos fichiers personnels dans des bibliothèques (Mes images, Mes vidéos, Ma musique, etc.) installées par défaut sur la partition système.

Pour éviter de solliciter à l’excès le SSD, nous vous conseillons de déplacer ces dossiers.

Ouvrez l’Explorateur de documents. Dans le volet gauche, effectuez un clic droit sur l’une des bibliothèques et sélectionnez Propriétés.

Placez-vous sur l’onglet Emplacement et cliquez sur Déplacer situé à côté du chemin d’enregistrement actuel.

Indiquez le nouvel emplacement et répétez cette opération pour toutes les bibliothèques de Windows.

Astuce 3 : Désactivez la défragmentation

Avec un disque dur classique, l’éparpillement des données sur la surface des plateaux multiplie les déplacements de la tête de lecture, ce qui ralentit l’ordinateur et accélère l’usure.

Avec un SSD, l’opération est non seulement inutile (le temps d’accès est le même quel que soit l’emplacement des données), mais néfaste.

L’utilisation du défragmenteur de disque provoque des cycles d’écriture et de réécriture des données qui réduisent d’autant la durée de vie des cellules de mémoire flash.

Si vous aviez planifié une défragmentation automatique, accédez aux propriétés du SSD depuis l’explorateur de fichiers de Windows.

Sélectionnez sur l’onglet Outils, puis sur le bouton Optimiser dans la section Optimiser et défragmenter le lecteur.

Cliquez sur Modifier les paramètres et décochez l’option Exécution planifiée (recommandée). Validez par OK.

Astuce 4 : Stoppez l’indexation des fichiers

Un autre élément activé par défaut dans Windows pèse sur l’intégrité des SSD : l’indexation des fichiers.

Compte tenu des temps d’accès extrêmement courts de ces supports de stockage, l’indexation n’a plus de raison d’être.

Pour faire l’économie de l’écriture et de l’effacement des données indispensables à cette fonction, lancez l’Explorateur de fichiers.

Faites un clic droit sur le disque système et choisissez Propriétés.

En bas de la fenêtre, décochez Autoriser l’indexation du contenu des fichiers de ce lecteur en plus des propriétés de fichier.

Puis cliquez sur Appliquer et sur OK pour fermer la fenêtre.

Windows vous demande de préciser la configuration. Cochez Appliquer les modifications au lecteur C:\, aux sous-dossiers et aux fichiers et terminez par OK.

Astuce 5 : Transférez le fichier d’échanges

Pour prévenir le manque de mémoire vive, Windows utilise une portion du disque dur comme une extension virtuelle de la mémoire : le Fichier d’échanges.

Si vous disposez d’au moins 4 gigaoctets ou plus de mémoire vive sur votre ordinateur, ce fichier offre peu de bénéfices. Il induit en revanche des cycles d’écriture sur le SSD. Mieux vaut donc le déplacer vers un autre support de stockage.

Accédez aux paramètres système avancés depuis le volet Système et sécurité, Système du Panneau de configuration.

Dans la section Performances, cliquez sur le bouton Paramètres.

Activez l’onglet Avancé et dans la section Mémoire virtuelle, choisissez Modifier.

Décochez l’option Gérer automatiquement le fichier d’échanges pour tous les lecteurs.

Vous pouvez dès lors déplacer ce fichier vers un autre support ou le désactiver en cliquant sur Aucun fichier d’échange, puis sur Définir.

Astuce 6 : Activez la fonction TRIM

La technologie TRIM permet de maintenir le niveau de performances d’un SSD en s’assurant qu’il écrit bien en priorité sur des blocs de mémoire vides.

Elle est intégrée à la plupart des SSD (seuls d’anciens modèles en sont dépourvus) et gérée par Windows 7, 8 et 10.

Pour vérifier que la fonction a bien été activée, ouvrez le menu Démarrer et saisissez la commande cmd.exe dans le champ de recherche.

Entrez ensuite la commande fsutil behavior query disabledeletenotify.

Validez avec la touche Entrée du clavier.

Si vous obtenez en retour la valeur DisableDeleteNotify=0, la fonction TRIM est opérationnelle.

Si ce n’est pas le cas, vous devez apporter une modification au registre de Windows.

Pour cela, lancez le programme Regedit et recherchez la clé HKEY_LOCAL_MACHINE, System, CurrentControlSet, Services, Msahci.

Dans le volet droit, double-cliquez sur Start et modifiez la valeur de la clé DWORD en saisissant 0 dans le champ Données de la valeur.

Validez par le bouton OK. Enregistrez le registre et redémarrez Windows.